2 Comments

  1. Adam

    Je ne pense pas que les services de streaming vont détrôner les magasins en ligne. La plupart sont utilisables gratuitement par les internautes et ont peu de rentrées d’argent, ce qui les fragilise. Ils se financent par la publicité et s’ils dépassent la dose supportable (on parle maintenant de pubs audio) ils se mettront les utilisateurs à dos. Les morceaux étant diffusés au lieu d’être téléchargés, ces services ne rapportent peu d’argent aux labels. Déjà que le téléchargement payant ne compense pas la baisse des ventes de CD, les maisons de disques ne vont pas favoriser un modèle encore moins rémunérateur qui repose sur quelques start-ups au lieu de partenaires solides comme Apple ou Amazon. Spotify cherche à remédier à ces problèmes avec sa version premium, mais il faut payer 10 euros par mois pour en profiter. S’il faut payer, je préfère récupérer des fichiers et pouvoir les écouter sans être connecté à internet. Et donc je ne pense pas du tout que le téléchargement soit dépassé. Le streaming et le téléchargement payant vont peut-être cohabiter comme autrefois la radio et l’achat de disques vinyls (complémentarité entre écoute/découverte gratuite et achat).

  2. Salut @Adam

    Les sites d’écoute tout comme les sites de téléchargement pourront un jour ou l’autre offrir un modèle à la location. Les premiers pourront même faire de la musique à emporter destinée à être copiée sur un baladeur.

    Quand j’observe les gens mettre en ligne leur photo sur FlickR ou même Facebook sans tenir compte d’une sauvegarde des « originaux », je me dis qu’il y a fort à parier que ces mêmes personnes seront séduite par un service plus transparent.

    Pour les 10 € du premium Spotify, je trouve le prix raisonnable, c’est la moitié du prix d’une carte ciné, 30% d’un abonnement à Canal+ le Bouquet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *